Archive pour la Catégorie 'Flash'

Bonne année 2015 !

Bien sûr, je pourrais vous souhaiter
Les classiques « bonheur et santé »
Mais vous savez qu’ExploraLyon
Y met toujours plus de passion

Un proverbe plein de bon sens
Affirme que, de toute évidence
Le seul vrai bonheur consiste à
Apprécier ce qu’on a déjà

Alors, chers amis lyonnais,
Ouvrez les yeux et constatez
Que vous avez vraiment de quoi
Être plus heureux que des rois

Lire la suite de ‘Bonne année 2015 !’

10/11 juin 2011: Première Fête de la Bière à Tarare (69)

Si, si, cet article est statutaire: on parle bien de « valorisation du patrimoine de Lyon et ses environs » :c)

Les 10 et 11 juin 2011, la ville de Tarare (Rhône) organise la première édition de sa Fête de la Bière. Vous trouverez tous les détails sur le site officiel créé pour l’occasion.

Fête de la bière

Cette nouveauté est motivée par un événement majeur pour l’économie locale: la célèbre brasserie lyonnaise Ninkasi se trouve à l’étroit dans les locaux de Gerland et déménage sur Tarare en février 2012.

NinkasiDe très nombreuses brasseries régionales proposeront des dégustations. Coup de cœur personnel: le brasseur ardéchois Bourganel, spécialisé dans les bières aromatisées (marrons, myrtilles, miel, verveine, nougat…).

BourganelD’ailleurs, Rhône-Alpes est la région française accueillant le plus de brasseries, devant l’Alsace ou le Nord-Pas-de-Calais: 55 exactement !

Laurent Ajdnik

PS: L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. Consommer avec modération.

Court-métrage: J’attendrai le suivant

Voici un court-métrage excessivement drôle réalisé dans le métro lyonnais. Il a remporté le Prix Rhône-Alpes du Court-Métrage en 2001.

Réalisateur: Philippe Orreindy

Avec: Sophie Forte, Thomas Gaudin, Pascal Casanova

Comme disent les djeunz: Mort de rire !


Anecdote

Les tournages et photographies dans les enceintes du réseau TCL sont soumises à autorisation. Je l’ai appris à mes dépens en allant prendre quelques photos de la nouvelle station de métro Vaise, inaugurée le 28 avril 1997. Un homme qui mitraillait lui aussi s’est approché de moi:

  • Lui: Monsieur, vous n’avez pas le droit de prendre des photos ici.
  • Moi: Euh… ben vous êtes en train d’en prendre aussi, non ?
  • Lui: Oui, je suis le photographe des TCL.
  • Moi: …

 

 

Joyeux anniversaire ExploraLyon !

Il y a un an exactement, ExploraLyon officialisait son existence en publiant son tout premier article sur le web:

Le site exploralyon.fr souffle donc aujourd’hui sa première bougie. Pour l’occasion et sans barguigner [hésiter], Roger Simonetti nous fait l’immense honneur de ressusciter un personnage vieux de 40 ans: Homo Sapiens Sapience.

Bon Anniversaire ExploraLyon (Roger Simonetti)

Bon Anniversaire ExploraLyon (Roger Simonetti)

Depuis son lancement, petit site est devenu grand, comme en témoignent ces quelques chiffres:

  • 49 articles publiés
  • 85 commentaires échangés (peut mieux faire…)
  • 235 abonnés
  • 10 773 consultations d’articles !!!

Outre ses abonnés, le site ExploraLyon reçoit des visites par l’intermédiaire des moteurs de recherche où il occupe de plus en plus souvent des positions flatteuses (voir analyse réalisée il y a quelques mois).

Les visiteurs proviennent essentiellement de la région lyonnaise mais aussi de nombreuses autres villes  françaises. Voire étrangères puisque le site a déjà reçu des connexions depuis 29 pays dans le monde entier !

Densité des connexions depuis la France

Densité des connexions depuis la France

Les articles les plus populaires sont:

En conclusion, le succès rencontré par ExploraLyon est épatrouillant [formidable] et a très largement dépassé mes espérances. Mais tout cela n’aurait jamais existé sans votre fidélité et vos encouragements. Alors, je vous remercie très sincèrement de vous être associés à cette aventure magique. Et j’adresse une miaille [bise] pleine d’affection à Hélène et Marine qui ont osé passer de l’autre côté du miroir en rédigeant certains des articles que vous avez eu le plaisir de lire.

Laurent Ajdnik, tout sensipoté [ému]

Exposition « Quand Lyon dominait le monde »

Le Musée des Tissus et des Arts Décoratifs [Site web] présente jusqu’au 20 mars 2011 l’exposition: « Quand Lyon dominait le monde ». Sous ce titre alléchant, elle retrace le parcours des soyeux lyonnais aux grandes expositions, de 1798 à 1900.

Cette exposition montre dans un premier temps la présence des lyonnais aux expositions des produits de l’industrie nationale (de 1798 à 1849), réalisées à l’initiative de François de Neufchâteau, alors Ministre de l’Industrie. Le but affiché est « d’exposer et de favoriser l’innovation, l’émulation » (Achille de Colmont, Histoire des expositions des produits de l’industrie française, Paris, 1855, p16). Très pragmatiques, elles récompensent les maisons de soierie innovantes sur le plan technique et mécanique (Jacquard y reçoit la légion d’honneur en 1819); cependant les soyeux présentant des créations trop complexes en ressortent sans succès.

Tout change en 1851, lorsqu’est organisée la première Exposition Universelle à Londres. Les 36 maisons de soierie lyonnaises présentes (sur les 300 de l’époque!) reçoivent une véritable claque, en prenant conscience que la suprématie lyonnaise risque de ne pas être éternelle, car l’Angleterre met tout en œuvre pour la surpasser.

Ainsi, à toutes les Expositions Universelles suivantes, les lyonnais n’auront de cesse de viser l’excellence, en exposant des textiles extraordinaires et fort complexes. On ne comptera plus les productions d’ampleur: 100 000 cartons Jacquard pour le livre de prière tissé de la maison Henry!

L’exposition de Lyon de 1894 voit l’apparition de nouveaux courants dans l’art du dessin: la maison « Les petits fils de JC Bonnet et Cie » présente « les hirondelles ». Réalisé à la demande du couturier Worth (père de la Haute Couture), ce tissu témoigne de l’influence de l’art japonais, ce qui est inédit dans les productions lyonnaises (bien connues pour leurs dessins floraux).

En outre, l’Exposition Universelle de Lyon, située dans le Parc de la Tête d’Or, permettait au visiteur de découvrir tout le cheminement de la soie, de l’éclosion du ver au tissu fini. Cette exposition, du 1er mai à fin novembre, était ouverte tous les jours, de 8h du matin à minuit! L’exposition s’achève en 1900, à Paris, où les lyonnais assoient leur supériorité.

La muséographie est délibérément chargée, mais c’est un émerveillement de réaliser qu’au 19ème siècle, Lyon dominait vraiment le monde…

Hélène Carleschi (Soierie Vivante)

Musée des Tissus et des Arts Décoratifs de Lyon, 34 rue de la charité, 69002 Lyon, Métro Ampère. Tarifs disponibles sur le site web.

Bonne année 2011 !

Bien sûr, je pourrais vous souhaiter
Les classiques « bonheur et santé »
Mais vous savez qu’ExploraLyon
Y met toujours plus de passion

Un proverbe plein de bon sens
Affirme que, de toute évidence
Le seul vrai bonheur consiste à
Apprécier ce qu’on a déjà

Alors, chers amis lyonnais,
Ouvrez les yeux et constatez
Que vous avez vraiment de quoi
Être plus heureux que des rois

Embarquez gones et fenottes
Lantibardanez, bambanez
Dans les traboules et les allées
Ou la Montée de la Grand-Côte

Laissez-vous porter par la ville
Flânez dans les rues piétonnes
Ou le long des Berges du Rhône
Côté Brotteaux, côté Presqu’île

Levez les yeux vers ce détail
Jusqu’alors jamais remarqué
Quelques meneaux ou un vitrail
Vous en serez émerveillés

Écoutez le bistanclaque-pan
Qui chante les Canuts aspirant
À « Vivre libre en travaillant
Ou bien mourir en combattant« 

Au lieu de prendre du souci
Pétez la miaille à vos amis
Installez-vous pour un mâchon,
Du communard dans les canons

Puis dégustez dans les bouchons
Grattons, andouillettes à l’envi
Vous comprendrez pourquoi on dit
Que « dans le cochon tout est bon »

Mes vœux sont en fait inutiles;
Car, vivant entre Rhône et Saône, (*)
Dans la plus belle des villes,
L’année sera forcément bonne !

Laurent Ajdnik

(*) ou un peu plus loin pour certain(e)s…

Lexique

  • Allée: Entrée d’immeuble
  • Andouillette: Aucun commentaire… Je me contenterai de citer Édouard Herriot: « La politique, c’est comme l’andouillette. Ça doit sentir un peu la merde, mais pas trop. »
  • Bambaner: Paresser, prendre son temps
  • Bistanclaque-pan: Métier à tisser (chaque syllabe est une onomatopée correspondant à une étape du cycle de la machine)
  • Bouchon: Restaurant lyonnais traditionnel
  • Canons: Verres (en référence au bruit fait par les verres épais qu’on frappe sur la table)
  • Canut: Ouvrier de la soie
  • Communard: Mélange de vin rouge et de crème de cassis
  • Fenotte: Jeune fille
  • Gone: Jeune garçon
  • Grattons: Morceaux de graisse frits servis en apéritif
  • Lantibardaner: Se balader lentement
  • Mâchon: Repas traditionnel en cours de matinée
  • Montée de la Grand’Côte: Axe piéton principal des Pentes de la Croix-Rousse
  • Péter la miaille: Faire la bise
  • Prendre du souci: S’inquiéter, stresser
  • Traboule: Passage au travers d’un bâtiment
  • Vivre libre en travaillant ou mourir en combattant: Devise des canuts lors des insurrections du XIX° siècle

16 décembre 2010: Signature du SCOT 2030

D’habitude, ExploraLyon s’intéresse au passé de notre ville. Mais, pour une fois, projetons-nous dans l’avenir.

Après plus de 5 ans d’études, le SCOT (Schéma de Cohérence Territoriale) de l’Agglomération Lyonnaise a été adopté le 16 décembre 2010. Baptisé SCOT 2030, il structure l’évolution de l’agglomération pour les 20 années à venir. Le périmètre est imposant: 72 communes (Grand Lyon + partenaires) totalisant 1.312.000 habitants répartis sur 730 km².

ExploraLyon vous livre quelques clés pour appréhender les décisions prises.

Cinq grands défis ont été identifiés au début de la démarche:

  • Attractivité résidentielle et solidarité
  • Emploi et rayonnement
  • Multipolarité, déplacements et organisation du territoire
  • Espaces naturels et agricoles
  • Environnement

Trois orientations structurantes ont été retenues:

  • Le développement économique (renforcement de l’offre d’immobilier tertiaire, réservation de foncier près des pôles de compétitivité et des campus…) et résidentiel (150.000 habitants supplémentaires, identification d’une vingtaine de polarités urbaines, densification autour des noeuds de transports collectifs, refus de l’étalement urbain…)
  • L’environnement: préservation des ressources naturelles, réduction des gaz à effet de serre, réduction de la consommation d’énergie, réduction des déchets…
  • La solidarité: 50.000 logements sociaux supplémentaires, mieux répartis, pour atteindre 28 à 30% du parc immobilier total…

Trois réseaux mailleront le territoire:

  • Les transports collectifs: REAL (RER à la lyonnaise, en étoile et rocades), parc-relais, intermodalité…
  • Les espaces naturels: protection du foncier naturel et agricole, corridors écologiques, développement d’aménagements de loisir/découverte, soutien de l’agriculture périurbaine…
  • Les fleuves: valorisation des berges et des lônes, confortement du Port Edouard-Herriot, nouvelles infrastructures fluviales…

Chaque territoire évoluera selon ses spécificités:

  • Nord: renforcement des transports collectifs, préservation du patrimoine naturel et agricole, aménagement des berges de la Saône, renforcement du trafic fluvial…
  • Sud: recomposition de la vallée de la chimie vers les technologies vertes, croissance organisée autour de 5 pôles urbains dont Givors/Grigny…
  • Est: il absorbera un tiers de la croissance démographique prévue, tout en s’imposant comme un modèle de ville durable du futur…
  • Ouest: arrivée du TOP (Tronçon Ouest du Périphérique), amélioration des transports en commun, préservation de sa trame verte, diversification de son offre immobilière…
  • Centre: reprise de la croissance démographique, mixité fonctionnelle des activités économiques, vitrine de l’agglomération pour certaines fonctions (notamment l’Université), articulation des projets avec ceux de la première couronne…

Vous l’aurez compris, cette démarche représente une page importante de l’histoire lyonnaise. Je vous invite à consulter le site officiel du SCOT sur lequel vous trouverez plus de détails. Le dossier de presse constitue un bon point de départ.

Laurent Ajdnik

Enfin un hymne à Lyon ?

Un lecteur (très fidèle) d’ExploraLyon me faisait remarquer il y a quelques mois qu’il n’existait pas vraiment d’hymne à Lyon.

Or, avec un peu de retard, je viens de découvrir que Benjamin Biolay, originaire de Villefranche-sur-Saône, chante dans « Lyon Presqu’île » (sortie en octobre 2009) la nostalgie de cette ville superbe, où il a suivi le Conservatoire de Musique.

Extraits:

Je suis entre la colline qui prie et la colline qui crie
[…]
J’espère, j’espère, j’espère revoir ma mère et la famille
Le point du jour, la statue d’or, la tour en stylo bille
[…]
Et puis la statue du Roi-Soleil sur la grand place éternelle
Des belles cours gorgées, gorgées, gorgées de soleil

La vidéo est disponible sur http://www.youtube.com/watch?v=Xe623ZcqAB8.

Laurent Ajdnik

Droits d’auteur:

  • La vidéo est mise à disposition par Naïve Records
  • Les citations sont faites en accord avec l’article L122-5 du Code de la Propriété Intellectuelle