3 avril 1848: Les canuts lyonnais proclament la République de… Chambéry

Le 24 février 1848, la II° République Française est proclamée, après abdication de Louis-Philippe (Monarchie de Juillet). Épris de progrès social, les « Voraces », un groupe de canuts (ouvriers de la soie à Lyon), se révoltent et s’emparent de l’Hôtel de Ville, de la Préfecture et des forts de la Croix-Rousse.

Encouragés par ce succès et fuyant le chômage, quelques milles ouvriers, essentiellement savoisiens, prennent la route de Chambéry, qui dépend alors de la Monarchie de Turin. Ils y entrent le 3 avril 1848, épuisés par le voyage, pratiquement sans armes, et leur troupe ressemble plus à un convoi de vagabonds qu’à une armée révolutionnaire.

Le pouvoir local se laisse surprendre par cet assaut et fuit, permettant aux assaillants de former un gouvernement républicain provisoire. Mais la résistance bourgeoise et cléricale s’organise dès le lendemain. Près de 850 personnes sont faites prisonnières. Elles seront pour la plupart relâchées quelques jours plus tard, et les plus démunis recevront même une indemnité de retour.

Malgré la brièveté de cette mini-révolution, elle marquera durablement les esprits, et les sympathies pro-françaises  en sortiront renforcées. En effet, le Piémont n’aura presque rien fait pour défendre la ville. Des journaux d’opposition voient même le jour pour la première fois.

La Savoie deviendra française en 1860. La « République Chambérienne » aura duré 21 heures…

Anecdotes

  • Le journal de Jean-Baptiste Vernaz, avocat au Sénat de Savoie, présente les événements vus par la population chambérienne. On y ressent bien les espoirs des uns et la frayeur des autres à l’approche des Voraces. Et la surprise, mêlée de déception, lorsqu’ils entrent enfin dans la ville. On y voit aussi comment la résistance s’est organisée, tandis que le doute germait vis-à-vis du gouvernement officiel. Voir ici et .
  • L’origine du nom « Voraces » est incertaine. La raison la plus souvent avancée est que, grands consommateurs de vin, ils luttaient contre la diminution du volume du « Pot lyonnais » (qui, de nos jours, contient exactement 46 centilitres). Ou alors, il serait une déformation des « devoirants », terme qui désigne un membre de leur société des « compagnons du devoir ».

1 Réponse à “3 avril 1848: Les canuts lyonnais proclament la République de… Chambéry”


  • Anne-Marie Legrand

    Pas trop de sang pour cette révolte menée par les « Voraces » !
    Un court épisode qui a permis à nos canuts de prouver qu’ils méritaient d’être reconnus et respectés même un peu alcooliques !

    Respect et remerciement à celui qui contribue à notre culture !

Laisser un Commentaire