25 avril 1529: La Grande Rebeyne

Au début du XVI° siècle, Lyon est une ville florissante.  La première bourse française y voit le jour en 1506. Les « Dents Noires » (l’imprimerie, en référence aux tampons en plomb) tournent à plein régime (Rabelais et Nostradamus y publient leurs œuvres principales). Elle sert de base militaire pour les conquêtes de François 1er. Il accordera d’ailleurs à la ville le privilège de fabriquer des étoffes d’or, d’argent et de soie: c’est le début de la saga lyonnaise de la soie. A cette époque, 80% des « grandes sociétés de commerce » installées en France sont basées à Lyon.

La ville se couvre de maisons somptueuses à l’initiative des grandes familles de l’époque, pour la plupart italiennes: Gadagni (leur hôtel particulier héberge actuellement le Musée d’Histoire de la Ville de Lyon), Verrazano (Giovanni découvrira le site actuel de New York), Kleberger (alias l’Homme de la Roche ou Le bon Allemand), Sala, Gondi, Capponi, Bonvisi, Turquet…

Mais les plus pauvres n’ont pas le sentiment de profiter de cette prospérité. Ils subissent d’ailleurs une grande famine après les rigueurs de l’hiver 1528/1529. Le nouvel impôt sur le vin levé par François 1er pour terminer les remparts de la ville met le feu aux poudres.

Le 18 avril 1529, les murs se couvrent d’une affiche signée « Le Pauvre » appelant à l’émeute:

« L’en fait assavoir à toutes gens de la commune de la ville de Lyon,

Premièrement à tous ceux qui ont désir de soustenir le bien public, pour répugner la malice et fureurs des faux usuriers, plaise vous à avoir regard comme le détriment du blé nous tombe sus sans l’avoir mérité, à cause de leurs greniers pleins de blé, lesquels ils veulent vendre à leur dernier mot, ce que n’est de raison ;

[…]

Feignant user dignité, ils nous rongent de jour en jour, comme par vérité le voyez devant vos yeux advenir la cherté dudit blé et autres denrées, qui est chose vile et infâme ;

[…]

Faisons savoir à tous les dessus-dits qu’ils aient à se trouver dimanche, après-midi, aux Cordeliers, pour donner conseil avec nous d’y mettre ordre et police, et ce sans faute, pour l’utilité et profit de pauvre commune de cette ville de Lyon et de moi.

Le Pôvre » [Texte intégral ici]

A l’heure dite, le 25 avril 1529, plus de deux mille personnes se retrouvent sur la Place des Cordeliers. Ils en viennent alors à piller les couvents et riches maisons alentour. Les notables s’enfuient et les émeutiers prennent de fait le pouvoir dans la ville. Deux jours plus tard, ils se rendent sur l’Île Barbe pour s’emparer des greniers de l’abbaye. Les miliciens et les troupes royales en profitent pour reprendre le contrôle de la ville. La répression sera sanglante.

Laurent Ajdnik

4 Réponses à “25 avril 1529: La Grande Rebeyne”


  • Moi je suis curieux d’en savoir un peu plus sur ce fameux impôt sur le vin … Voilà la plus grande injustice !

  • bonjour

    toujours intéressant, merci, mais comment une affiche posée le 18avril peut appeler à un rassemblement le 25 février ?

  • Laurent Ajdnik

    Bonjour,

    il s’agissait bien évidemment d’une erreur de saisie. L’article a été corrigé. Merci pour votre fidélité et votre vigilance.

    Laurent Ajdnik

  • Merci Laurent de nous donner lecture de tes savantes recherches.
    Bonne continuation

Laisser un Commentaire