8 décembre 1852: Première « Fête des Lumières »

La Fête des Lumières constitue l’un des moments les plus magiques de la vie lyonnaise. Pourtant, rares sont ceux qui connaissent l’origine de cette célébration. Et ils sont souvent victimes de confusion. ExploraLyon va vous aider à y voir plus clair.

En 1643, la peste ravage le Sud de la France. Le prévôt des marchands et les échevins (à peu de choses près, le maire et les conseillers municipaux) implorent la protection de la Vierge Marie et promettent de lui rendre hommage tous les ans si la peste épargne la ville. Devinez ce qui se passa… Ainsi, tous les 8 septembre depuis 1643, à l’occasion de la Fête de la Nativité, le Voeu des échevins est commémoré par un cortège municipal jusqu’à Fourvière.

Plus de deux siècles plus tard, une statue de la Vierge Marie, commandée par le Cardinal de Bonald et sculptée par Joseph-Hugues Fabisch, doit être inaugurée le 8 septembre 1852. C’est celle qui surmonte encore la chapelle de nos jours. Mais une crue de la Saône retarde la livraison de la statue, et les festivités sont repoussées au 8 décembre, jour de l’Immaculée Conception (voir note plus bas). Feux de Bengale, feux d’artifices, fanfare et procession doivent rendre le jour inoubliable. Les notables ont même proposé d’illuminer les façades comme il est coutume de faire lors des très grands événements.

Mais, comble de malchance, des pluies violentes conduisent à une nouvelle annulation des festivités. Lorsque l’orage se calme, les lyonnais déposent spontanément des bougies (lumignons) sur le rebord des fenêtres, descendent dans la rue et l’inauguration se déroule dans la plus grande improvisation.

Et voilà l’origine de la Fête des Lumières ! Ainsi, elle n’est pas (directement) liée à une épidémie de peste, ni à l’inauguration de la Basilique de Fourvière (qui sera construite plus tard, de 1872 à 1884), mais plutôt à une contingence climatique et à la réaction spontanée de Lyonnais !

La tradition populaire se perpétue depuis, plus ou moins suivie. Depuis 1989, elle est complétée de spectacles et de mises en lumières organisés par la Ville de Lyon [Site officiel]. Ces « illuminations » attirent jusqu’à 4 millions de visiteurs !

Laurent Ajdnik

Note:

  • En fait, le dogme de l’Immaculée Conception n’a été défini que le 8 décembre 1854 par Pie IX dans la bulle Ineffabile Deus. Néanmoins, la « Conception » (tout court) était déjà célébrée ce jour depuis 1477 sous l’impulsion de Sixte IV et la confirmation en 1708 par Clément XI. L’Église de l’Immaculée Conception [Localiser] dans le 3ème arrondissement de Lyon, à proximité de la Préfecture, est la première construite sous les auspices de ce dogme (entre 1856 et 1862).

11 Réponses à “8 décembre 1852: Première « Fête des Lumières »”


  • WIECZOREK Sébastien

    bonjour
    c’est une excellente explication qui me permet de mieux comprendre l’histoire et le sens de cette fête
    je comprend à chaque fois un peu mieux la ville dans laquelle je vis grâce à ExploraLyon
    encore merci

  • PHAM QUANG Tân

    Merci pour cet éclairage lumineux !

  • Anne-Marie Legrand

    Merci Laurent de cette éclairage qui permet de mieux comprendre la signification de cette fête et d’apprécier d’une autre manière l’architecture des bâtiments qui font la beauté de cette ville.

    Tes infos font des heureux et des heureuses!

    Belles fêtes de fin d’année !!!

  • LIBERAL Alain

    Merci Laurent; cela confirme ce que m’ont appris mes amis et familles Lyonnais;
    Comme d’autres, Lyonnais depuis peu, j’apprécie toujours plus cette belle ville qu’est Lyon.
    Et Exploralyon m’y aide grandement!
    Amitiés à tous

  • Merci, encore et toujours pour ta très lumineuse information.

  • Barriquand pierre-Jean

    Excellente, simple et claire !
    Une telle mise au point s’imposait face aux nombreuses versions « mixtes » qui sont régulièrement entendues ici ou là.
    Certains guides soit-disant « référents » devraient en prendre de la graine…
    Merci.

  • Et pourtant combien de fois il y a eu des informations, explications concernant cette fête. Pour beaucoup de manifestations et autres évènements, heureusement que certains comme Laurent s’appliquent à faire quelques rappels mais ils ne restent pas forcément dans les mémoires du fait des médias qui les transforment en fêtes commerciales, et c’est comme cela que l’histoire se transmet …. mal !!

  • Bonjour à tous,
    Pour mémoire en 1852 il y a eu des « deuxièmes illuminations » le 12 décembre. Ce jour là Abd El Kader était de passage à Lyon (il venait d’être libéré par Napoléon III).
    Pendant quelques années, si les Lyonnais catholiques mettaient des lumignons de couleurs jaunes, blancs ou bleus ciel (couleur du Pape et de Marie), les républicains mettront des lumignons bleus foncés, blancs et rouges pour commémorer le passage d’Abd El Kader.
    Le 8 décembre 1870 il ni a pas eu d’illuminations à cause de la guerre, mais un pèlerinage de femmes demandant la protection de la Ville contre les prussiens.
    Ces femmes firent le vœux, si elles étaient exaucées, de faire construire une Basilique à Fourvière.
    Cordialement et bon 8 décembre.

  • Merci Laurent de ton éclairage qui est très précieux pour les non lyonnais
    À bientôt
    Elisabeth

  • Merci Laurent, pour ces informations toujours de très grande qualité.
    A ce soir, 18h30, devant la cathédrale St Jean !

  • Merci Laurent, pour ces informations toujours de très grande qualité.

Laisser un Commentaire