17 janvier 1601: Signature du Traité de Lyon

Le « Traité de Lyon » est signé le 17 janvier 1601 et met fin à la guerre entre la France et la Savoie, moyennant un échange de territoires très favorable au roi français. Voici quelques dates pour comprendre le contexte historique.

En 1355, le « Traité de Paris » définit la limite entre la France et le Duché de Savoie : tous les territoires de la rive gauche du Rhône appartiennent à la France (la frontière avec la Savoie se situait à une centaine de kilomètres de Lyon). En revanche, rive droite, la frontière se rapprochait beaucoup de Lyon (une dizaine de kilomètres).

Cette situation dura pendant deux siècles. En 1536,  la Savoie est occupée par la France, car François 1er s’en empare pour aller combattre en Italie. Cette occupation dure jusqu’en 1559  (Traité du Cateau-Cambrésis).

Après une trentaine d’années de paix, la guerre reprend par l’occupation de Saluces (Piémont) en 1588 par le duc Charles-Emmanuel de Savoie, qui entrevoit la possibilité de s’emparer du sud-est français, et dégénère en conflit France-Espagne-Savoie qui se termine par la Paix de Vervins (1598).  Mais le duc de Savoie traîne à en appliquer les termes…

Le roi de France Henri IV occupe alors la Savoie et oblige le duc à accepter  ses conditions. Charles-Emmanuel doit céder à la France tous les territoires situés sur la rive droite du Rhône: la Bresse, les Dombes, le Valromey et le Pays de Gex, mais il conserve Saluces.

Dès lors, c’est la fin de tout rêve de domination de la Savoie sur Lyon et sa région.

Hélène Carleschi

Etats de Savoie du XVIe au XVIIIe siècles

Etats de Savoie du XVIe au XVIIIe siècles

4 Réponses à “17 janvier 1601: Signature du Traité de Lyon”


  • Bonjour,
    C’est sympa d’évoquer la savoie 73 et 74 j’ai vécu plus de 18 ans dans cette belle région,je me souviens parfaitement de la fête en 1960 concernant le centenaire de rattachement de la savoie à la France.Le vote de tous les savoyard en 1860 qui décidaient de devenir Français.
    La savoie possède une histoire plus qu’intéressante(voir le site du conseil général de la savoie à Chambéry)et sur ses archives départementale.
    Beaucoup de textes sur le passé de ces deux départements déchirés entre français, Italiens, Suisse-allemand et genevois.
    Merci pour cette évocation
    A bientôt
    Daniel

  • Adriano Letoscan

    Bonjour Laurent et EXCELLENTE ANNEE 2013, ta santé…
    Il est émouvant pour moi, après avoir lu le commentaire ci-dessus, de découvrirque c’est Daniel…GROBEL qui l’a écrit. Depuis, il nous a brusquement quitté et il nous manque.
    Allez au sommet du cirque de Saint-Même et vous y verrez des bornes limitant le Dauphiné et la Savoie, et un paysage magnifique : 45°23’25″N5°54’35″E
    Encore merci Laurent.
    Adriano

  • « …Charles-Emmanuel doit céder à la France tous les territoires situés sur la rive droite du Rhône: la Bresse, les Dombes, le Valromey et le Pays de Gex, mais il conserve Saluces… » Note a Hélène Carleschi: Vous avez omis de mentionner la plus grande partie du territoire cédé a la France, celui de la Province du Bugey qui a elle seule est égale en superficie a la totalite de la surface de la Bresse, des Dombes et du Pays de Gex reunis, même si a cette époque le Valromey était considéré comme province a part. La Province du Bugey est pourtant bien mentionné dans la nomenclature de la carte ci-dessus, le Valromey n’y étant même pas cite. (Aujourd’hui le Valromey fait partie intégrale du Bugey).

  • Dominik Scholz

    salut hélène,

    merci de cet article que j’ai beaucoup aimé.

    dominik

Laisser un Commentaire