Quenelles lyonnaises

Ingrédients

  • 1/4L d’eau
  • 25g de beurre
  • 200g de farine
  • 3 oeufs
  • chair de volaille ou de poisson (en particulier de brochet!) hachée finement
  • sel
  • épices selon le goût de chacun

Préparation

  • La « panade »: Faire bouillir l’eau, avec le beurre et deux pincées de sel. Ajouter la farine. Laisser cuire 5 minutes à feu doux en remuant régulièrement.
  • La « mêlée »: Hors du feu, incorporer les oeufs. Ajouter la volaille ou le poisson.
  • « Pondre » les quenelles: Former des boudins en roulant la pâte obtenue entre les mains.
  • « Pocher » les quenelles: Les plonger dans de l’eau frémissante jusqu’à ce qu’elles remontent.

Dégustation

  • Mijotées pendant 15 minutes dans une sauce tomate ou blanche
  • Poêlées

6 Réponses à “Quenelles lyonnaises”


  • Jean-Thibault MARECHAL

    Une bonne idée cette recette incontournable de la gastronomie lyonnaise. Par contre j’aurai aussi aimé en savoir plus sur cette recette, sur son origine, est-ce une adaptation d’une recette apportée dans les malles des soyeux en provenance d’Italie au moment de la renaissance italienne, est-ce une influence du Dauphiné ?

  • Coucou JT, je vous raconte tout ça lors du prochain numéro de la Lettre :c)

  • Voilà certainement l’article le plus savoureux du site!!! Faudrait mettre une photo d’un essai de tout ça! Si t’en as pas, faudrait que je teste!!! 🙂

  • Pierre Gandonnière (Valois)

    En tant que petit fils du pâtissier Antoine Valois, le roi de la quenelle des années 30-60, fournisseur officiel de la Cour d’Angleterre etc… j’ai tendance à penser que fabriquer des quenelles doit être assez délicat. Lui a cherché se recette toute sa vie. On a retrouvé ses carnets sur lesquels il modifiait les ingrédients un par un. Malheureusement, il a arraché les derniers pages, celles qui contenaient sa véritable recette qui a fait son succès. Comme il n’avait personne à qui la transmettre oralement, il l’a emportée dans sa tombe. Qui sont les meilleurs quenelliers aujourd’hui? Il y a 2 traditions, pâtissière et charcutière. Mon grand père, c’était pâtissière.

  • anglade Simonne

    j »avais un ami d’enfance, Raymond NEVORET qui avait acheté rue Cuvier, Lyon 6e une patisserie ou il fabriquait des quenelles sous la marque VALOIS très connue à Lyon.

  • anglade Simonne

    j’ai oublié de préciser que celà se passait dans les années 1950-60

Laisser un Commentaire